Performance énergetique – le diagnostic indispensable pour la vente d’un bien

28 mars 2017 admin

Performance énergetique – le diagnostic indispensable pour la vente d’un bien

Cela va faire 6 ans déjà que le DPE ou Diagnostic de Performance Energétique est devenu obligatoire. Sont concernées les annonces immobilière mais aussi celles de location de logement. L’objectif premier était clair, mettre en garde le grand public contre la surconsommation d’énergie et son impact sur le réchauffement climatique.  Une belle réussite sachant que 91% des français affirment surveiller leur consommation pour diminuer la facture mais aussi pour la protection de l’environnement. Nous allons passer en revue les différents aspects techniques du DPE et leur impact sur le prix d’un bien, car celui-ci est également impacté.

En quoi consiste le DPE ?

Vous connaissez bien sûr les étiquettes accolées dans nos annonces, il y en a deux. La première classe le logement selon le niveau de consommation énergétique et la seconde sur les émissions de gaz à effet de serre.

Celles-ci sont le résultats d’un examen précis de la propriété effectué par un diagnostiqueur certifié. Il est d’ailleurs conseillé de demander la preuve de certification à ce dernier, car c’est un document qui est personnel et non pas au nom de la société. Assurez-vous également qu’il s’agisse d’une certification agréée par le Cofrac, le Comité français de certification.

Revenons donc au diagnostic, celui-ci inclut une description des éléments de chauffage et de production d’eau chaude bien sûr. En plus de cela, il comprend une description du bien ainsi que de recommandations de travaux d’isolation.

Veuillez noter finalement que les logements classés monuments historiques sont exempts de DPE tout comme les habitations qui sont occupées moins de 4 mois par an.

Son impact sur la propriété et le prix de vente

Les travaux sont souvent pris très au sérieux, en effet les propriétaires tiennent à diminuer leur facture d’énergie pour 82% d’entre eux selon une étude menée par BVA / Foncia en 2015. Ces derniers sont donc effectués pour raisons économiques et de confort. Ceux que les propriétaires ignorent souvent c’est que cela aura également un impact non négligeable sur le prix de vente. Au moment des travaux, ils n’ont pas nécessairement cela en tête mais il s’agit véritablement d’un investissement.

Selon les régions les prix de vente vont varier entre 2 et 5% selon les catégories, ce qui n’est pas négligeable. Pour information, il est possible faire progresser un DPE d’une lettre en investissant autour de 3 000 € (isolement de combles, remplacement d’une fenêtre) et de deux lettres avec des travaux entre 7 000 et 10 000 € environ (chaudière à condensation). Ces derniers vous permettront tout de même de majorer le prix final entre 5 et 10% – par contre ces travaux prennent un certain temps donc ils ne sont pas applicables dans le cas de ventes

, , , ,

Contactez nous



J'accepte de recevoir des e-mails de Sextant France

La mise à disposition des données immobilières : qu’en penser ?

Le 26/04/2019

Le dispositif Denormandie : comment ça marche ?

Le 18/03/2019

Un accord de retrait envisageable ?

Le 15/03/2019