Quelle rémunération pour un agent mandataire immobilier ?

Quelle rémunération pour un agent mandataire immobilier ?

Parmi les questionnements inhérents à un changement de vie, la rémunération prend évidemment place sur le podium. Être maître de son activité engendre le besoin d’assurer sa propre subsistance, aussi il est important de pouvoir se projeter avec des éléments concrets. Détaillons le cas de l’agent mandataire immobilier afin de déterminer le gain qu’il peut espérer.

Une rémunération sous forme de commission

Comme pour toute vente immobilière, l’agent commercial est rémunéré grâce à une commission versée par les parties en présence. Afin de bien comprendre le positionnement de l’agent mandataire, il nous faut distinguer les 3 cas existants :

  • au sein d’une agence classique, l’agent salarié percevra sur sa fiche de paie une partie de la commission sous forme de prime de vente ;
  • un agent immobilier totalement indépendant percevra la totalité de la commission ;
  • l’agent mandataire immobilier percevra la commission mais en reversera une partie au réseau qui lui apporte son soutien.

La part revenant au réseau d’affiliation dépend de la politique de ce réseau, ainsi que de l’ancienneté et du succès de l’agent adhérent. Si les agents débutants conservent généralement environ 60% de la commission, ce pourcentage peut évoluer jusqu’à 90% voire davantage dans les réseaux les plus généreux. Un agent mandataire gagnera donc au minimum 6 000 € sur un montant classique de 10 000 € de commission.

A noter que le réseau peut également proposer à l’agent d’augmenter encore sa rémunération, par le parrainage de nouveaux entrants par exemple, et la mise en place d’un commissionnement sur les ventes des filleuls.

Les points d’attention de l’agent mandataire

SI vous envisagez de devenir agent mandataire, tenez compte de certains éléments qui pourront influer sur votre rémunération finale.

Tout d’abord, sachez qu’un plafond de chiffre d’affaires existe pour les micro-entreprises, qui reste la forme de société la plus courante pour se lancer dans ce métier. Ainsi, si vous dépassez le seuil de 70 000 € réalisés en 2020, il vous faudra transformer la société en EIRL par exemple, avec l’évolution du niveau de charges correspondant.

Également, vos revenus seront soumis à imposition. Dans le cadre de votre entreprise, vous reverserez chaque mois (ou trimestre) une partie de votre chiffre d’affaires à l’URSSAF. Par la suite et sauf option libératoire existant pour le statut de micro-entrepreneur, vous serez redevable de l’impôt sur le revenu.

Enfin, soyez bien conscient de l’absence de salaire fixe ! Vous êtes accompagné par un réseau mais chef d’entreprise tout de même. Seul votre succès sera récompensé financièrement grâce aux ventes réalisées.

Comparaison de revenu avec un agent immobilier salarié

La différence de revenu ne vient pas des tâches quotidiennes qui sont identiques. Les deux statuts impliquent un montage de rémunération différent : l’agent immobilier salarié va percevoir un salaire fixe et une commission sur les ventes, tandis que l’agent mandataire affilié à un réseau ne percevra que les commissions de vente, mais en gardera une part bien plus importante.

Comparons le gain dans les deux cas, en partant du principe que l’agent réalisera dans l’année dix ventes de biens rapportant chacune 10 000 € de commission, soit 100 000 € de commission en tout. Nous obtenons :

  • L’agent immobilier salarié gagne un salaire fixe de 1 500 € nets (donc 18 000 € annuels), auquel s’ajoutent dix commissions de 10% chacune, soit 10 000 €. Le salarié gagnera donc 28 000 € par an.
  • L’agent mandataire quant à lui, n’a pas de salaire fixe. En revanche, il conservera au minimum 60% des commissions. Son revenu s’élève donc à 60 000 €, dont il devra déduire, dans le cas d’une micro-entreprise et sans réduction, 22% destinés à l’URSSAF. Le gain final sera de 46 800 € sur l’année.

Le gain supplémentaire est logique, dans la mesure où l’agent mandataire est responsable de sa propre activité et prend le risque de ne rien percevoir s’il ne réalise pas de vente. La différence importante laisse penser que pour une personne motivée, se lancer en tant qu’agent mandataire vaut véritablement le coup.

Les bases financières étant posées, il vous reste à trouver le réseau apte à vous proposer les conditions les plus avantageuses. Attention, le financier ne sera pas le seul point à scruter : un accompagnement de qualité et la mise à disposition d’outils performants peuvent justifier un coût plus élevé. Votre réussite peut en dépendre !

💡 Ça peut aussi vous intéresser