Se reconvertir dans l’immobilier : choisissez bien votre ville !

Se reconvertir dans l’immobilier : choisissez bien votre ville !

Le changement de vie et en particulier l’idée de reconversion ont beaucoup fait parler d’eux en 2020 à la suite des aléas de la crise sanitaire. Si le métier d’agent immobilier a souvent été cité comme une piste séduisante, encore faut-il mettre toutes les chances de son côté pour réussir. Notamment, démarrer son activité dans un secteur géographique avec un marché immobilier porteur. Une étude récente pourrait aider à faire le tri et le bon choix. Explications.

Des agglomérations dynamiques et raisonnables

L’étude dont nous parlons, relatée dans un article du Parisien, a été réalisée en collaboration par Meilleurtaux et Meteojob, et vise à dénicher les villes présentant un marché de l’emploi demandeur et des prix immobiliers accessibles. En tenant compte du salaire médian pratiqué dans ces agglomérations, un palmarès a été établi qui présente les villes idéales pour changer de vie.

Plusieurs cas de figure se présentent, avec par exemple des villes présentant un fort potentiel d’emploi mais où le prix au mètre carré ne permet pas d’acquérir de logements particulièrement spacieux (avec le salaire médian toujours). Vous trouverez dans cette catégorie Aix-en-Provence ou Lille par exemple.

D’autres communes, telles Orléans, Rouen ou Saint-Etienne, rencontrent un succès grandissant dû à un grand nombre d’offres d’emploi actuellement publiées alors que l’achat immobilier est facilité par un prix moyen au mètre carré relativement bas. Ce sont les communes de taille moyenne qui s’en sortent le mieux, avec en mauvais élèves Marseille et Montpellier qui offrent à la fois peu d’emplois et des tarifs immobiliers exorbitants. Sans parler de Paris qui ne permet d’acquérir qu’un 15m² avec un salaire médian.

Profiter du changement dans l’air du temps

Un agent immobilier qui se lance aujourd’hui doit tenir compte de cette tendance, qui résulte de logiques diverses qui toutes, tendent vers ce résultat. La volonté de tous s’agglomérer dans les plus grandes villes est aujourd’hui dépassée, les embouteillages et la pollution ayant entre autres eu raison de certains des citadins les plus enracinés.

Même les grandes entreprises évoluent vers un plus grand confort de vie de leurs salariés et préfèrent ouvrir de nouvelles succursales dans des zones moins centrales. Il s’agit même sans doute d’une stratégie pour attirer les compétences les plus recherchées en leur offrant un cadre de vie agréable.

Notons également le fort développement des activités indépendantes, en micro-entreprises, entreprises individuelles ou autres formes. Elles ne nécessitent pas forcément de se trouver à proximité de ses clients, et trouvent pour une part leur clientèle parmi les particuliers. Cette population active a donc tout intérêt à exercer dans des centres urbains à taille humaine, qui pourront par ailleurs leur éviter une concurrence trop acharnée.

De la place pour exercer !

Finalement, l’agent immobilier qui débute son activité, surtout s’il exerce en toute indépendance ou via l’affiliation à un réseau de mandataires, devra s’interroger sur sa localisation car celle-ci aura un impact direct sur la difficulté de son lancement, le volume d’affaires qu’il peut espérer réaliser rapidement et le réseau qu’il pourra constituer. L’étude explicitée plus avant donne dans ce cadre une idée du type de ville idéal, offrant à la fois l’assurance de nouveaux arrivants grâce à un emploi fort et l’opportunité de découvrir de nombreux projets immobiliers grâce à un marché pratiquant des prix attractifs.

La concurrence également, peut s’avérer moins coriace dans une ville de moindre importance, et laisser ainsi la place à un nouvel agent pour s’installer et se constituer un réseau sur le long terme.

N’oublions pas enfin, qu’au sein de la localité choisie et si celle-ci est d’importance, il faudra sélectionner le quartier principal à démarcher. En effet, la stratégie et les éléments marketing développés pourront varier selon que la zone soit « chic » ou populaire. La personnalité de l’agent peut également se sentir plus à l’aise face à un type de clientèle ou préférer un type de bien plutôt qu’un autre.

Lorsque le démarrage de l’activité d’un agent immobilier n’est pas tributaire de l’implantation des agences du groupe qu’il intègre, il est libre de définir – par la localisation – une stratégie gagnante à la fois pour son business, ses impératifs sociaux et son confort de vie. C’est sans doute la raison pour laquelle le fonctionnement via l’affiliation à un réseau de mandataire rencontre aujourd’hui un tel succès. Les prochains mois nous confirmeront un éventuel impact complémentaire de la crise sanitaire, si un nombre accru d’agents créent leur société dans des communes de taille moyenne.

Vous devriez lire aussi : Agent mandataire immobilier : quel statut choisir ?

💡 Ça peut aussi vous intéresser